Se débarrasser de l’inutile… Et si le bonheur ne tenait à pas grand-chose ?

C’est ainsi que nous pourrions présenter le choix de vie de Fumio Sasaki aujourd’hui, initiateur de la tendance appelée : le minimalisme. Un Japonais de 37 ans, ancien collectionneur compulsif qui a décidé de faire le vide autour de lui.

 

 

 

Son récit « Au revoir les choses » décrit sa volonté de réduire ce qu’il possède au strict minimum, pas plus de 300 objets pour être heureux.

 

L’essentiel réduit au minimum…

Après avoir vécu dans un appartement très encombré, notamment par sa collection d’appareils photos consacrée à sa passion de la photographie, ainsi que d’instruments de musique, sans en jouer pour autant… Il a fait un constat : ses multiples achats, sa frénésie de posséder, ne le rendaient finalement pas heureux.

Dans Le Guardian, il avait fait la déclaration suivante : « Je pensais continuellement à ce que je ne possédais pas, à ce qu’il me manquait ».

A présent, chez lui, c’est un espace dépouillé qui laisse entrevoir une pièce épurée dépourvue de superflu, où il ne reste que le minimum vital. Ce dépouillement, Fumio Sasaki l’applique à toute sa vie. Il vit à Kyoto dans un logement de 20 m2 et ne possède plus que 300 biens triés sur le volet. Son dernier déménagement s’est déroulé en seulement 30 mn.

 

Le concept du minimalisme est plus qu’un mode de vie, c’est une philosophie de vie prônant la libération des possessions vaines. Il s’inspire de Marie Kondo, célèbre consultante en rangement avec son best-seller La Magie du rangement. Sa méthode de tri appelée KonMari conseille de trier ses objets et de ne conserver que ceux qui nous apportent de la joie.

Le minimalisme est inscrit dans la culture japonaise et rappelle les notions du bouddhisme. Fumio Sasaki se déleste alors de plus de 95 % de ses biens et simplifie sa vie par là même. Son armoire ne contient plus que quelques t-shirts, chemises, pantalons et paires de chaussette.

 

Le bonheur de Fumio Sasaki repose sur son nouveau rapport au temps. « Les choses, dit-il, aspiraient mon énergie et mes heures ». La principale vertu du minimalisme est de procurer beaucoup de joie. Il a remplacé le temps qu’il consacrait au rangement ou au shopping, par plus de moments entre amis, sortie ou voyages.

Peggy DYEVRE 

06.23.36.06.63

Bâtiment 9 - 23, rue champ Lagarde

78000 VERSAILLES

N° de Siret 817 870 900 00013