Hier, c'était la journée contre la procrastination. Où en êtes-vous ?

La semaine dernière, j'ai évoqué ce fameux allié de votre encombrement (le 20 mars).

 

En substance, l'article évoquait cette grande complicité entre le phénomène de procrastination et le "bordel". Le fait qu'on le reconnait grâce à ces quelques phrases, puis un focus sur les idées reçues sur les phrases refuges des professionnels de la procrastination...

  • Attendez-vous toujours le dernier moment ?
  • Pourquoi ?
  • Globalement, comment vous sentez-vous, lorsque vous êtes sous "pression"?
  • Quelle est votre opinion de ceux qui anticipent ou prévoient de la marge ?

 

Les idées reçues :

·       Les traditionnelles phrases refuges comme « l'urgence me stimule » ou « je travaille mieux sous pression ».  Parce que travailler dans l’urgence est hautement énergivore, donc épuisant pour l’organisme. 

·       Ce fonctionnement vous apparaît comme socialement valorisant, car avoir l’air débordé, courant d’une réunion à l’autre, jonglant entre votre téléphone, vos mails, une pile de dossiers bien épais en main… Cela donne l’impression d’être important... aux yeux des autres. J'ai alors une question à vous poser : comment vous sentez-vous ? 

 

La véritable question est : "Travaille-t-on véritablement mieux sous pression ?"

La procrastination est définie comme la tendance à remettre au lendemain, à ajourner, à temporiser. Elle est aussi liée au besoin de ressentir cette excitation qu'affectionnent les « retardataires chroniques ». En effet, attendre la dernière minute pour passer à l’action, c'est comme se défier : « Si je réussis, je suis trop fort ! ». C'est chercher à se prouver que l'on est "bon", finalement procrastiner c'est recherché son estime de soi.

 Nous pouvons conclure de la façon suivante : un rythme de vie effréné donne l’impression de pouvoir accomplir plus, mais c'est difficilement tenable sur le long terme, car cela dévore toute votre énergie. 

 

Commencez par accepter des échéances réalistes, connaître vos limites et devenez plus raisonnables en acceptant des échéances que vous pourrez réellement tenir, sans vous épuiser !

 

Les solutions ? Les routines (article du 21 Mars)!

Peggy DYEVRE 

06.23.36.06.63

Bâtiment 9 - 23, rue champ Lagarde

78000 VERSAILLES

N° de Siret 817 870 900 00013