Reconsidérons le sujet des bonnes résolutions.

En mathématique, une résolution est le fait de résoudre un problème, de trouver une solution. Dans le cadre des « bonnes résolutions » que nous formulons à chaque début de nouveau cycle de vie, c’est une décision plus ou moins ferme, l’expression d’une volonté, une détermination à résoudre un point de notre vie qui nous gêne. Finalement, c’est perçu comme une contrainte… Ce qui n’est pas très engageant !

 

Si nous reprenons l’exemple du top 3 des « bonnes résolutions »:

  1. Se mettre au sport, pour sa santé. Vous avez envie de vous faire du bien.
  2. Manger plus équilibré = pour perdre du poids. Vous avez envie de retrouver le plaisir de déguster et non d’avaler de la nourriture, avec cette pointe de culpabilité si l’aliment est 100% industriel et/ou très gras.
  3. Être moins bordélique = pour retrouver ses affaires et arrêter de courir. Vous avez envie d’être en meilleure harmonie avec vous-même, de remettre de l’ordre, maîtriser le chaos de son espace de vie et de son temps.

Pourquoi ne pas stimuler votre cerveau en utilisant le mot « intention » , qui se définit comme l’envie ou la résolution prise par une personne d’agir afin d’atteindre un ou des objectifs fixés à l’avance, sa décision de passer à l’action est quasiment acquise. Nous entrons dans un cadre structurant puisqu’ils formalisent le plan :

  • Un objectif clairement défini,
  • Un planning qui détermine la durée,
  • Des étapes pour atteindre son objectif.

 

Notre cerveau intégrera la notion de récompense, ce qui sera le point déterminant ! Ce qui transforme notre top 3 des bonnes résolutions en intentions claires, précises  et gratifiantes, puisque atteignable :

  1. Se mettre au sport : quel sport ? Pour quel objectif ? Périodicité? Avec qui, pourquoi pas ? Sans oublier de valider avec votre médecin votre bonne forme physique pour vous faire plaisir !
  2. Manger plus équilibré : point organisation et fournisseur des produits ? Abonnez-vous à un compte Insta qui vous entraîne dans l’envie de cuisiner de bons plats. Une visite chez une diététicienne peut-être un plus, sans oublier qu’il y a le suivi dans ce cas. D’une seule pierre deux coups ! Plus savoureux et plus équilibré.
  3. Être moins bordélique… Un tableau pour déterminer : Quoi ? Quand ? Qui sera suivi d’un plan d’action simple pour vos espaces de vies sous forme de tableau (chez vous, au bureau, dans vos supports numériques et dans votre agenda) : je rassemble, je trie, je range, je catégorise.

Conclusion : on abandonne les résolutions pour définir des intentions et stimuler vos envies ? 

Peggy DYEVRE 

06.23.36.06.63

Bâtiment 9 - 23, rue champ Lagarde

78000 VERSAILLES

N° de Siret 817 870 900 00013