Les freins au rangement

Une trop grande facilité à jeter constituerait un déni de ces liens affectifs, parfois plus pathologique que l’envie de tout garder. L’acte de désencombrer ne rime pas avec dénuement. Cela signifie simplement que vous allez sélectionner soigneusement des objets qui méritent de rester chez vous, pour n'être entourée que des choses que vous aimez réellement et qui vous servent. C’est le tri conscient pour se libérer.

 

Le manque de temps

Réel ou non, c’est le premier argument donné.

 

Ne pas savoir comment faire

Pour ranger, il faut s’organiser et surtout planifier cette opération pour se donner le temps et se ménager.

 

La peur du gaspillage

Désencombrer ne signifie pas jeter, mais offrir une seconde vie à ses objets superflus. De nombreuses solutions existent : vendre, donner ou recycler. Loin des considérations financières, l’unique intérêt à garder un objet réside dans le fait son utilisation réelle ou s’il vous procure du plaisir.

 

La peur de choisir

Dans certains cas, la prise de décision est parfois difficile et fait souvent référence à notre histoire. Vous gardez en souvenir de… ou au cas où… Ce réflexe est alimenté par la peur de faire les mauvais choix et de se retrouver démuni. Le psychanalyste Serge Tisseron explique : « les objets que nous élisons pour faire partie de nos vies deviennent des morceaux de notre moi et sont imprégnés de mémoire ». Ils sont donc des marqueurs émotionnels forts de notre histoire.

Ainsi, l’idée de jeter peut-être ressenti comme une source d’angoisse, un geste de grande agressivité : on se fait jeter, sortir, jeter aux oubliettes …

Peggy DYEVRE 

06.23.36.06.63

Bâtiment 9 - 23, rue champ Lagarde

78000 VERSAILLES

N° de Siret 817 870 900 00013