Le second effet Coronavirus : le surstockage !

Compréhensible, mais est-ce nécessaire et intéressant ?

 

Depuis quelques jours certaines personnes font des stocks de denrées non périssables, de peur de devoir vivre un confinement : réflexe naturelle d'accumulation de peur de manquer stimulé par l'anxiété. Les réseaux sociaux sont abreuvés de vidéos montrant des rayons dévalisés. Ce qui alimente l'effet anxiogène. 

 

Faut-il céder aux sirènes de l'angoisse pour autant ? Oui, les mesures de confinement sont déjà effectives dans certaines régions. Les préfets peuvent formaliser un décret de ce type pour un département, mais cela n'a jamais été mis en application. Raisonnablement, il ne faut donc pas céder à la panique.

 

Les effets négatifs du surstockage :

  • entretien l'angoisse.
  • représente un coût.

Tout est une question d'équilibre et de connaissance de soi. N'entretenez pas votre peur et ne vous entourez pas de stocks de farines, pâtes, conserves ou sucres... qui seront difficiles à écouler par la suite ou gâcher, sans parler de l'organisation des rangements en attendant d'être consommé.

Ne négligez pas l'impact écologique de ce choix. Les cadences de réapprovisionnement se trouvant intensifiées, ce sera plus de besoin de livraison donc d'émission de carbone. 

Adoptez des gestes simples. Limitez les déplacements, restez vigilants et lavez-vous les mains. Prenez soin de vous, sans stress.

Peggy DYEVRE 

06.23.36.06.63

Bâtiment 9 - 23, rue champ Lagarde

78000 VERSAILLES

N° de Siret 817 870 900 00013