Touche pas à ma liberté !

Un titre sous forme de slogan détourné, qui correspond à l’air du temps avec notre très chère liberté retrouvée, partiellement.

 

Mi-mars, brutalement, nous avons été contraints de nous confiner. Nous avons basculé dans un monde inédit : salvateur pour certains, de découvertes, d’ennuis, de confusions, de nouvelles joies, de créativités, mais surtout de privations et aux conséquences parfois désastreuses.

Autant de ressentis, de vécus et de conclusions différents que d’individus, sans schéma idyllique.

 

Dès le début du confinement, nous avons vu fleurir des injonctions, des conseils, des certitudes aussi diverses que variées, alors que nous ne savions rien et nous ne maîtrisions rien (encore aujourd'hui d'ailleurs). Dans le même temps, de belles initiatives solidaires, d’entraides et d’écoutes sont nées, redonnant notamment la première place à l’humain.

Intéressante coïncidence, le début de notre confinement s’est effectué au printemps, traditionnelle période de renouveau. Une renaissance qui se vit comme une véritable prise de conscience : le monde tel qu’il fonctionnait avant ne peut pas recommencer à l’identique et ne pourra pas recommencer à l’identique.

 

Les enjeux indissociables sont sanitaires, économiques et humains.

D’un point de vue sanitaire, les mesures de distanciations sociales nous demandent une refonte totale de nos rapports aux autres en devant renoncer aux accolades, aux traditionnelles bises ou poignées de mains, toutes sphères de vie confondues. Un repositionnement corporel, masqué et hydro-alcoolisé imposé dont nous ne maitrisons pas l’issue, là encore. Il va falloir être inventif pour retrouver des lieux de partage occasionnant néanmoins quelques promiscuités (salons, concerts, restaurants…).

 

Au niveau économique, certaines entreprises ont vaillamment maintenu en développant de nouvelles prestations, bref en s'adaptant. C'est d'une part très rare et l'incertitude est encore très présente et angoissante. Une mécanique complexe à redémarrer en composant avec les nouvelles contraintes sanitaires et un rapport à l’humain résolument modifié, agrémenté d'une envie et d'un besoin de changer.

 

Enfin au niveau humain, étant donné que notre rapport au temps a été profondément modifié pendant le confinement, une situation qui aurait tendance à perdurer en post-confinement. Que l'impact psychologique et physiologique n'est pas encore mesuré. Nous pouvons néanmoins conclure que le rapport entre charge mentale explosée et ressenti d’abandon est loin d'être source d'épanouissement ou d'équilibre.

 

 

Choisir, discerner, déterminer des objectifs clairs et précis, être en mesure de planifier… Appréhender, s’approprier les composantes temps en partant de l’humain tout en tenant compte des contraintes représentent vos nouvelles armes à maîtriser au plus vite pour suivre l'évolution et voir naître ce nouveau monde. 

Alors aux armes citoyens, la révolution est en marche !

Peggy DYEVRE 

06.23.36.06.63

Bâtiment 9 - 23, rue champ Lagarde

78000 VERSAILLES

N° de Siret 817 870 900 00013