Vous avez dit accumulation compulsive ?

Depuis samedi soir, les centres commerciaux et enseignes de plus de 20 000m2 non alimentaires ont été obligés de fermer leurs portes. Ce qui nous a donné l’occasion de voir une foule de gens s’amassées dans certains lieux. Nos impulsions consommatrices ainsi stimulées, il fallait céder et consommer, acquérir de peur de manquer.

 

Alors que nous avons pleine conscience que la pandémie nécessite de garder nos distances, d’éviter les lieux de fortes affluences et que la surconsommation a un impact écologique et humain néfaste.

 

Ne serions-nous pas atteint du syndrome de l’écureuil ?

La psychologue, Marie-Ève Saint Pierre Delorme spécialisée dans l’étude de l’accumulation compulsive, définit ce trouble de la façon suivante « L’accumulation d’objets, qu’un œil extérieur jugerait inutiles au point de causer de la détresse, soit parce que la personne ne peut plus utiliser certaines pièces de sa maison, trop encombrées, soit parce qu’elle est incapable de se débarrasser de certains objets sans vivre des épisodes d’anxiété sévère».

 

On identifie plusieurs sujets que j’aimerai aborder cette semaine avec vous :

  • Différencier besoin et désir.
  • Comment ?
  • Pourquoi ? 

Vous pouvez commencer à réfléchir à ces trois points et à demain.

Peggy DYEVRE 

06.23.36.06.63

Bâtiment 9 - 23, rue champ Lagarde

78000 VERSAILLES

N° de Siret 817 870 900 00013